Mesure d'audience ROI statistique webanalytics par WebAnalytics
Home / Non classé / Soutenance Dr Siny NDOYE

Soutenance Dr Siny NDOYE

Le Vendredi 11 mars 2016 à l’ESP, Monsieur Siny NDOYE, chercheur au  Laboratoire de Physique de l’Atmosphère et de l’Océan Simon FONGANG(LPAO-SF), inscrit à L’école doctorale  PCSTUI, a soutenu une Thèse de doctorat devant le jury composé de:

Prénom et Nom

Grade

Attributions

   M. SARR Joseph

Prof, FST-UCAD, Dakar, Sénégal

 Président

   M.MOREL Yves

 HDR

 Rapporteur

    M.ROY Claude

DR, HDR

 Rapporteur

Mme.BOURUET-AUBERTOT Pascale

 Professeur

Examinateur

  M.SOW Bamol Ali

 MC

  Examinateur

  M.ESTRADE Philippe

 Dr

 Examinateur

  M. MACHU  ERIC

CR

Examinateur

  M.GAYE Amadou Thierno

 Professeur

 Directeur de thèse

   M.CAPET Xavier

 CR,HDR

 Directeur de thèse

 Sujet: Fonctionnement dynamique du cenûe d’upwelling sud-sénégalais : approche par la modélisation réaliste et l’analyse d’observations satellite de température de surface de la mer.

Ainsi le jury après avoir délibéré, a déclaré à Monsieur Siny NDOYE  pour son travail, le titre de docteur avec la mention: Très Honorable avec les félicitations du jury . 

Résumé

L’extrémité sud du système du courant des Canaries comprend un centre d’upwelling (résurgence localisée d’eaux froides sous l’action de vents favorables) qui a jusqu’ici reçu peu d’attention. Ma thèse porte sur la dynamique de ce centre d’upwelling sud Sénégal ou SSUC (Southern Senegal Upwelling Center en anglais). Elle s’intéresse donc à la circulation et à la structure thermohaline sur le large plateau sud-sénégalais, entre la côte et ~100-200 km au large en se focalisant sur la période d’upwelling (Novembre-Mai). Une des particularités de la zone est la séparation entre la zone d’upwelling au centre du plateau et des eaux plus chaudes au large et à la côte. Mes travaux combinent analyse d’images satellite et d’observations in-situ, avec la réalisation et l’analyse de simulations numériques dans l’état de l’art. Par une analyse fine des conditions physiques de la zone, ils posent la base à une approche intégrée du fonctionnement de l’environnement marin sénégalais. Une première partie des résultats se base sur l’examen et l’analyse de plus de 1500 images satellite de température de surface de la mer SST MODIS, contextualisées par rapport aux conditions synoptiques de vent. Cette analyse met en lumière l’existence d’états récurrents du SSUC, en termes de SST. Elles confirment plus généralement la régularité et la stabilité du fonctionnement dynamique du système, mais aussi révèlent des aspects subtils de la structure de l’upwelling : refroidissement des eaux de surface probablement dû au déferlement et au mélange associé à la marée interne ; interaction complexe entre la remontée locale, le courants de Mauritanie et le jet côtier ; complexité probable des échanges entre les différentes parties du plateau (plateau intérieur accueillant des eaux réchauffées, plateau central où est fréquemment situé la langue d’eau
froide). L’amplitude du cycle diurne suggère que de grandes incertitudes restent à lever dans le budget de chaleur de l’upwelling . Les limites des études soulignent la nécessité de continuer la mesure in situ dans le SSUC, en particulier des vents.
Le fonctionnement dynamique du SSUC est aussi étudié par la modélisation hydrodynamique (ROMS) à haute résolution (~ 2km). Différentes simulations ont été réalisées en variant les forçages (climatologiques ou synoptiques pour le vent ; modification fine échelle des flux de chaleur en domaine côtier ; présence ou absence de marée). Les solutions numériques montrent en général un bon accord avec les observations satellites et in situ disponibles. Ces solutions éclairent le fonctionnement dynamique du système notamment en terme de circulation, de la position de remontée d’upwelling, mais également du devenir des eaux upwellées grâce à une analyse lagrangienne. Nous avons notamment pu montrer que la zone nord du SSUC est la zone principale de remontée et les eaux qui y remontent, proviennent en grande majorité de la zone sud du SSUC d’où elles sont amenées par le courant de Mauritanie. Les analyses lagrangiennes ont aussi permis de révéler la dynamique associée à la zone côtière de nourricerie et de nuancer le schéma conceptuel de rétention précédemment admis. La sensibilité de la dynamique du SSUC aux forçages atmosphériques est modeste avec néanmoins des modulations des échanges cross-shore qui peuvent être importantes pour l’écosystème.

 Quelques photos illustratives:

12083848_1001097889938201_1904155553_n
Dr Siny NDOYE et les membres du jury
12674132_10205866119240363_768216121_n
Présentation du Dr Siny NDOYE

12834986_1001097696604887_364178663_n

 

12834532_1001097623271561_1365271304_n
Le public
Top